Revue de presse

A paraître prochainement : Le Divan familial n° 45 : 

Penser/panser les blessures familiales

CV_Divan-45.jpg

Comment penser les blessures qui touchent l’ensemble de la famille ? Comment réduire les souffrances ?

Que l’un de ses membres soit attaqué et c’est toute la famille qui en pâtit. Les affects douloureux se propagent au sein du groupe familial. L’origine de l’agression peut être interne ou externe sans que l’on puisse systématiser la nature ou l’intensité des facteurs pathogènes car chaque famille réagit sur un mode qui lui est propre.

Chez les familles qui consultent et accèdent à une écoute psychanalytique groupale, il est souvent possible de repérer, dans l’après-coup, des facteurs de fragilité. Penser leur souffrance avec les patients, identifier ses sources, travailler à sa métabolisation psychique sont au cœur des thérapies.

Mais des questions surgissent : la souffrance familiale serait-elle prédictible en raison d’une vulnérabilité intrinsèque ? Peut-on et doit-on tenter de prévoir et prévenir les souffrances familiales ?